Le mythe du refroidissement global

Mais, même cet article tempère ses prédictions (on ne savait pas si les aérosols allaient augmenter ou non) et spéculait que l’énergie nucléaire pourrait avoir largement remplacé les combustibles fossiles comme moyens de production d’énergie (supprimant par là même le problème des aérosols).

Il y a incidemment d’autres problèmes scientifiques dans cet article : notamment que le modèle utilise était valable seulement pour de petites perturbations, alors que le résultat portait sur d’assez larges perturbations ; ensuite, l’estimation de la sensibilité du CO2 était sous estimée d’un facteur de 4.

C’est dans le 1975 NAS/NRC report que la question était la mieux résumée à cette époque. Ce rapport était une présentation sérieuse et sobre de ce qui était connu à cette époque, et les conclusions en étaient qu’on en connaissait pas assez pour faire des prédictions. Le “résumé des principales conclusions et recommandations” disait qu’on pourrait :

1. Etablir un Programme National de recherche sur le climat.

2. Mettre en place un programme d’analyse des données climatiques, de nouveaux laboratoires, et des études sur l’impact humain du climat.

3. Développer un programme de surveillance d’indices climatiques.

4. Etablir un programme de modélisation et d’applications, et d’exploration de futurs climats possibles en utilisant des GCM couplés [NdT : "General Circulation Models", modèles de circulation générale].

5. Adopter et développer un programme international de recherche sur le climat.

6. Développer un réseau de données paléoclimatique international.

En d’autres termes, ils recommandaient plus de recherche, mais pas d’action. Ce qui était entièrement approprié à l’état de la science à cette époque. Au cours des 30 dernières années, évidemment, d’énormes progrès ont été réalisés dans le domaine de la science climatique.

La plupart de ces lignes concerne la science d’il y a 30 ans. En ce qui concerne la science d’aujourd’hui, et en tenant compte des données supplémentaires disponibles :

1. La tendance au refroidissement des années 40 aux années 70 ressemble plus à une interruption d’une tendance inverse (voir ici). Il ressort que le refroidissement de l’hémisphère nord était plus important que celui du sud (conformément à l’interprétation acceptée aujourd’hui que le refroidissement était largement causé par les aérosols sulfuriques) ; au début, les chiffres nord-hémisphériques étaient les seuls connus.

2. Les aérosols sulfuriques n’ont pas augmenté autant que redouté (partiellement à cause des efforts pour combattre les pluies acides) ; le forçage par le CO2 est plus important. Evidemment, les chiffres des projections du GIEC concernant les augmentations futures de la température ont augmenté entre le Deuxième (1995) et le Troisième (2001) Rapport d’Evaluation puisque les estimations concernant les futurs niveaux d’aérosols sulfuriques ont été abaissées (SPM [NdT : Mémento pour les Décideurs] ).

3. Les interprétations des changements futurs dans l’orbite de la Terre ont quelque peu changé. Il semble maintenant (Loutre et Berger, Climatic Change, 46: (1-2) 61-90 2000) que la période interglaciaire, fondée uniquement sur le forçage naturel, durerait pendant un temps exceptionnellement long : peut-être 50 000 ans.

Finalement, il est clair qu’un certain nombre de scientifiques étaient inquiets, peut-être même assez fortement, à cette époque. Les articles de l’époque reflètent un consensus clair sur le fait que le climat futur ne pouvait pas être prédit avec les connaissances disponibles.

Apparemment, la relecture par les pairs, et le processus d’édition mis en œuvre pour une publication scientifique apportait une garantie suffisante de sérieux. Cet épisode met très clairement en lumière la presse scientifique ; et aussi le contraste très clair concernant l’absence d’un tel processus dans la presse populaire, d’alors et d’aujourd’hui.

A lire :

Imbrie & Imbrie “Ice Ages: solving the mystery” [NdT : "Les périodes glaciaires : résoudre le mystère"] (1979) livre général intéressant sur la découverte des périodes glaciaires et leurs mécanismes ; le chapitre 16 concerne “The coming ice age” [NdT : " la période glaciaire qui arrive"].

Spencer Weart’s History of Global Warming [NdT : "Histoire du réchauffement global"] il y a un chapitre sur Past Cycles: Ice Age Speculations [NdT : Les cycles passés : spéculations sur les périodes glaciaires].

Page 3 of 4 | Previous page | Next page