11ºC de réchauffement, une crise climatique dans 10 ans ?

par Gavin Schmidt et Stefan Rahmstorf (traduit par Thibault de Garidel et Gilles Delaygue)

Deux travaux sortis cette semaine, un papier publié dans Nature (Stainforth et al., 2005) décrivant des résultats préliminaires de l’expérience climateprediction.net, et le rapport Meeting the Climate Challenge d’un groupe politique, ont mené à des titres catastrophistes dans les médias. Sur l’article de Nature, BBC on line indique que les “températures globales pourraient s’élever de près de 11ºC”; sur le second rapport il est écrit: “Une crise climatique proche pour dans 10 ans”. [N-d-T. : Voir également Le Monde : Un réchauffement climatique de plus de 6ºC n’est plus à exclure ; Libération : Prédire chez soi]. Cela signifie-t-il que de nouvelles preuves montrent un changement climatique plus sérieux que précédemment estimé ? Nous ne le pensons pas.

(suite…)

Ces deux papiers touchent la question de l’incertitude, en particulier de l’incertitude sur la sensibilité climatique globale.

Il est important de savoir à peu près quelle est la sensibilité climatique de la Terre. Il existe différentes manières de la déterminer, en utilisant des modèles numériques du climat, des données ou enfin une combinaison des deux. A partir des premières expériences, les estimations de la sensibilité par les modèles ont été de 2 à 5°C (pour 2xCO2 – doublement de la concentration en CO2). La gamme la plus citée vient du rapport de Charney, publié en 1979. Dans ce rapport, deux modèles avaient été employés (par Suki Manabe et Jim Hansen) donnant respectivement une sensibilité de 2 et 4°C. Jule Charney avait ajouté un demi degré d’incertitude aux extrémités basses et hautes transformant ainsi la gamme de 1,5 à 4,5°C. Cette fourchette reposait donc sur une base plutôt instable. Cette estimation de la sensibilité a été utilisée pendant un nombre surprenant d’années; les résultats de travaux postérieurs ne les modifiant pas, et ne réduisant pas non plus la gamme d’incertitude. Les évaluations postérieures de la sensibilité à partir des modèles tombent pour la plupart dans ces limites, même si le prochain rapport du GIEC (IPCC), le plus à la pointe, fournit une fourchette de 2,6 à 4,1°C.

(Il faut noter que la gamme de sensibilité climatique de la Terre est différente de la température projetée en 2100, 1,4 à 5,8°C, qui inclut également l’incertitude sur les émissions de carbone liées a l’activité humaine. L’incertitude due purement à la sensibilité climatique pour n’importe quel scénario d’émission représente environ la moitié de cette gamme.)

Page 1 of 4 | Next page