Revue de l’année 2006

Traduit par Etienne Pesnelle

Un regard humoristique sur les événements de la climatologie de l’année passée :

La meilleure illustration de la fracture entre les “deux cultures” :

Justice Scalia : “La troposphère ou que sais-je encore. Je vous ai déjà dit que je n’étais pas une scientifique. C’est pourquoi je ne veux pas m’occuper du réchauffement planétaire.”

Le musèlement de climatologiste gouvernemental par haut fonctionnaire

novice le moins efficace :

George Deutsch a trouvé quelqu’un à sa hauteur en la personne de Jim Hansen

La découverte la plus curieuse qui reste à reproduire :

L’émission de

méthane par les plantes.

Le sujet le plus mal rapporté et le communiqué de presse le moins efficace :

L’émission de méthane par les plantes.

Le meilleur (erreur… le seul) documentaire grand public sur la climatologie :

Une vérité qui dérange.

Le cliché négateur le plus éculé :

les vignerons anglais du Moyen-Age.

Le cliché négateur auparavant très répandu et curieusement plus du tout utilisé :

“Les satellites montrent un refroidissement.”

Le nouvel argument négateur le plus bizarre :

“Le réchauffement planétaire s’est interrompu en 1998.” Avec le même raisonnement, il s’est également interrompu en 1973, 1983 et 1990 (mais en fait il ne s’est pas arrêté)

Le reproche le plus ironique à propos de la couverture “déséquilibrée” de la question climatique sur CNN :

Pat Michaels (un commentateur qui intervient deux fois plus que les autres) se plaignant que sa présence médiatique est insuffisante.

Le revirement de sceptique climatique le plus vertigineux :

Fred Singer, passant de : “le réchauffement planétaire ne se produit pas” (1998,2000, 2002, 2005) à un réchauffement “qu’on ne peut plus arrêter” (2006)

Le livre sur le changement climatique le plus populaire:

“Notes prises sur le terrain d’une catastrophe”, d’Elizabeth Kolbert

Les observations les moins inattendues

(ex-aequo) l’étendue de la glace de mer arctique en 2006, proche des minimums record, les températures dans l’hémisphère Nord proches des maximums record, lareprise

de l’augmentation de la chaleur contenue dans l’océan, les augmentations record des émissions de CO2.

La meilleure source d’information pour les futures analyses des modèles climatiques:

Page 1 of 2 | Next page